Les 5 « must-have » dans sa bibliothèque en 2013

On se met aux listes ! Celle-ci est entièrement subjective et basée sur mes observations, sur des sujets d’articles et de cours que je rencontre souvent – et ce qu’on rencontre souvent, généralement, c’est à la mode ! L’ordre de la liste est aléatoire.

1. Des tables triangulaires.

Rien de mieux pour privilégier une relation horizontale avec l’usager ! Les tables triangulaires, c’est la dernière mode. Exit les énormes banques de prêt qui forment un barrage impénétrable entre le bibliothécaire et le public. Maintenant, on se pose côte à côte pour échanger et pour expliquer le fonctionnement du catalogue (parce que la table triangulaire est évidemment équipée d’un ordinateur).

2. Des poufs.

Les poufs, c’est juste pour le fun. Mais en même temps, c’est aussi pour prouver que la bibliothèque n’est pas nécessairement un lieu d’étude inconfortable. Les poufs ne sont pas réservés à l’espace jeunesse. Ou aux ados. Au contraire : il y a déjà tellement de mobilier fun pour les enfants qu’on en oublie que celui pour les adultes n’est pas que sérieux. On évite quand même de mettre des seniors dedans : ils ont du mal à se relever…

Amsterdam Library by F.R.J.

3. Des prises électriques.

Les ordinateurs de la bibliothèque sont cool, mais pas aussi cool que d’avoir son propre ordi portable devant soi. Surtout quand les ordinateurs datent de l’ouverture au numérique de la bibliothèque. Seulement, quand on est 5 sur une prise électrique et que son ordinateur n’est pas, lui non plus, flambant neuf, ça devient vite galère. Alors autant éviter de ressembler aux salles de classe où les étudiants se battent (ou se cotisent pour une multiprise) et intégrer les multiprises aux tables !

BU de l’IUT de Ville d’Avray by Adèle Hébert

4. Des tablettes.

Les liseuses, tout le monde en a : c’est moins cher de les tablettes, ça n’a pas les mêmes fonctionnalités… Les prêter en bibliothèque c’était in il y a deux ans, mais maintenant tous ceux que ça intéressait en ont une, et les autres, de toute façon, c’est une tablette qu’ils veulent ! La tablette sera donc connectée à internet (voir must-have n°5), on pourra consulter dessus les abonnements et ressources numériques de la bibliothèque, son catalogue, mais aussi les sites que l’on veut. On pourra jouer dessus, grâce aux très nombreuses applications de jeux gratuites que les bibliothécaires auront téléchargées (voire des applications pas gratuites mais aussi must-have que la tablette elle-même). On pourra même se faire expliquer leur fonctionnement puisque les bibliothécaires auront été formés.

Tablet-PC’s: revolutie of commerciële hype? by Bibliotheek Kortrijk

5. Le wifi.

Pour que la tablette citée ci-dessus soit utile, de même que les prises électriques en n°3, un réseau wifi sera accessible dans toute la bibliothèque, même aux usagers qui ne sont pas inscrits. C’est comme ça. Ne serait-ce que pour les étudiants qui n’empruntent pas (donc ne sont pas forcément inscrits), amènent leur propre ordinateur et veulent consulter le catalogue sans avoir à bouger leurs fesses (OUI c’est une excuse pour aller sur Facebook, mais c’est une bonne excuse). Vu le nombre d’utilisateurs de wifi sur smartphone également, il est intelligent de pouvoir leur offrir ce service. Et puis le wifi c’est aussi une bonne excuse pour proposer un réseau alternatif, comme dans le cas des PirateBox par exemple.

Logo créé par Adam Melancon

Cet article, publié dans Métier, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s