Un ami de la Terre, T.C. Boyle

Début octobre, la médiathèque de Meudon-la-Forêt organisait un vide-grenier sur son esplanade : après un gros désherbage, les livres qui pouvaient servir de nouveau (mais n’avaient donc plus leur place dans la bibliothèque) étaient vendus à pris de très bon ami (pour donner une idée, je suis repartie avec 25 bouquins pour 12,5€). En fin d’après-midi, beaucoup de livres étaient déjà partis, et je ne savais pas trop quoi choisir dans les romans qui restaient. Heureusement, les médiathèques de Meudon et Meudon-la-Forêt mettent en valeur leurs coups de cœur par une petite étiquette avec un cœur dessus (oui, c’est trop mignon). Et leurs livres étaient toujours équipés. J’ai donc cherché directement les cœurs, sans trop me donner la peine de lire les titres : à un moment, il faut faire confiance aux bibliothécaires !

L’un de ces livres que j’ai pris parce que conseillé est le roman Un ami de la Terre, de l’écrivain américain T.C. Boyle (un vrai personnage), publié en 2000.

Résumé

Ty Tierwater nous livre son existence : dans les années 1990 d’abord, engagé dans la lutte écologique pour la préservation de la planète, puis en 2025, au milieu d’un monde dévasté, les deux temporalités se mélangent. Une bataille que l’on sait donc perdue d’avance. Et pourtant, impossible de ne pas espérer qu’il va tout de même réussir. La dégradation de la planète est, dans l’écriture de T.C. Boyle, profondément liée à celle du corps : elles apparaissent toutes les deux inexorables. Un roman apocalyptique qui donne envie de se bouger soi-même pour faire changer le cours des choses. L’auteur pose tout de même la question des limites de la lutte écologiste : à partir de quand devient-elle criminelle ? A partir de quand faut-il arrêter, parce que l’adrénaline et la passion de la cause nous a rendu fou ?

Le guide du lecteur, sur le site officiel de l’auteur.

Le sujet : l’écologie

Je suis assez sensible à ce sujet depuis mon cours de philo de L3, qui portait sur la philosophie de l’environnement, ou de l’écologie, c’est à peu près pareil. Aborder ce sujet sous ce nouvel angle m’a à la fois profondément ennuyée (effectivement, tout savoir des différents mondes de la puce pour pouvoir ensuite la comprendre, je m’en fiche) et extrêmement intéressée (la définition de la notion de nature, par exemple, qui s’est avérée très polysémique).

Dans ce roman, le héros est donc un « éco-terroriste » : pour protéger la planète, il sabote des machines, sa fille monte vivre dans un arbre, il met le feu à une forêt, il s’emprisonne les pieds dans du ciment pour empêcher le passage d’une route… L’embrigadement qui existe autour de ces actions est notamment mis en valeur à travers le personnage de sa fille : manifestations, camps d’entraînement, et puis finalement la vie arboricole dans un sequoia géant. On ne sait plus trop jusqu’où va la bonne foi et la bonne action, et où commence la folie pure : Ty Tierwater passe plusieurs années en prison pour avoir essayé d’empoisonner une ville entière – car la survie de la planète passe par la destruction des hommes… Plusieurs pistes de réflexion sur les actions que l’on peut mener à notre petite échelle, celles que l’on peut entreprendre au travers d’organisations plus puissantes, et celles qui deviennent illégales – et sur la question de leur nécessité.

Finalement ?

Ce roman m’a laissé une bonne impression globalement : un peu surprise par le style littéraire très cru les premiers chapitres, on s’y habitue vite et j’ai même fini par l’apprécier. Cependant, difficile de savoir si la conclusion est positive ou complètement désillusionnée. Est-ce que faire quelque chose est de toute façon inutile car, quoi que l’on fasse, ça ne sera jamais assez ? Est-ce que la nature aura toujours le dessus, que ce soit à travers le déluge ou les arbres qui repoussent à travers le bitume ?

Je le prête à qui veut !

Cet article, publié dans Reviews, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Un ami de la Terre, T.C. Boyle

  1. Eh ben, il a l’air… déroutant, ce roman ! Bravo pour ta présentation et ton analyse, c’est très bien écrit et très intéressant. Je n’ai pas spécialement envie de le lire (c’est lié au thème), par contre j’ai très envie de te lire toi sur d’autres présentations de livres ! T’as plus qu’à lire ! Bon, il te reste quand même 24 autres livres (au moins)…

    PS : Qu’est-ce qui t’a pris d’acheter 25 livres d’un coup ? Wahou ! Quelle fureur de lire ! lol
    Bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s